Revenir en haut
Aller en bas


Forum rpg Yaoi (+18)

Partagez|

One night - pv. Harley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Liam Soreen
Hérétique désireux
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 11/06/2017
MessageSujet: One night - pv. Harley Sam 17 Juin - 18:15


Une silhouette masculine se profile dans le voile sombre qui a recouvert Bryule. La journée ayant été quelque peu chargée, le jeune homme profitait des quelques heures de liberté qu'il lui restait avant d'aller se coucher - tard, naturellement. Chaque soir, c'était la même chose qui se produisait. Les pensées occupées, il ne réussissait pas à s'endormir. Ainsi, son corps ne bénéficiait que de quelques heures de sommeil, mais cela ne se ressentait pas particulièrement au quotidien. Des cernes étaient, certes, présentes sous ses yeux, mais pas plus visibles que ça. Les mains dans les poches de son sweat, Liam marchait de rue en rue, sans croiser personne. La ville était silencieuse, si bien que les seuls bruits que quelqu'un pouvait doucement percevoir étaient les pas de l'Hérétique. Ceux-ci, légers, se posaient l'un après l'autre sur le trottoir sombre de Bryule. Pensif, il fléchit ses jambes et se posa sur les marches d'un bâtiment, sortant un brouillon de sa poche. Ce qu'il avait essayé de reproduire ce matin ne lui avait pas convenu, ainsi, il l'avait froissé et vite fait disparaître. D'un geste rapide, le papier lui glissa volontairement des mains, tombant sur le sol.

Il se releva et entreprit de continuer son tour. Son cercle de connaissances ne s'étant pas bien élargi depuis son arrivée ici, excepté ses quelques clients, il n'avait pas cherché à connaître plus spécialement quelqu'un. Il était vrai que, pendant ses séances de tatouage, il parlait à ses clients dans le but de les rassurer, pour faire passer la douleur, mais ça n'allait pas plus loin. Pour se faire une place ici, il avait besoin de connaissances. Un soupir las s'échappa de sa bouche entrouverte, avant qu'il ne passe sa langue sur sa lèvre inférieure pour l'humidifier. Ce silence devenait agaçant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harley
Blackgun déchu
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 19/02/2017
Emploi : Ancien éclaireur en chef des BG
MessageSujet: Re: One night - pv. Harley Sam 17 Juin - 19:55

Je ne comptais pas les jours depuis bien longtemps maintenant. Je ne sus jamais pourquoi les hommes qui me dressèrent à n’être rien me vendirent aux enchères. Peut-être ne faisais-je plus l’affaire? De toute façon, un meuble, une part du décor ça se changeait…ça s’usait. Je fus acheté par un hybride pour peu de dollars. Peut-être était-ce simplement car je n’arrivais même pas à me tenir debout? J’étais si habitué d’être à quatre pattes que d’être debout devenait presque un supplice pour mes jambes. Au moins, j’avais été soigné et embelli le temps d’être vendu.

L’homme qui m’acheta s’amusait de me voir marcher comme un chien, de tirer sur mes chaînes, sur le collier de fer autour de mon cou dans l’espoir de me faire geindre, mais il n’était pas le premier à avoir essayé. Ce genre de maltraitance, j’y étais habitué. J’avais compris depuis longtemps déjà que les Hybrides n’étaient pas originaux. Ils revenaient toujours vers moi avec les mêmes gestes, les mêmes actions dégradantes et humiliantes qui ne me faisaient plus rien. N’étant rien du tout, pas même une poussière dans ce monde, comment cela pourrait m’affecter? Non…Je n’arrivais même pas au talon d’un chien.

Après un mois sous sa garde, il se mit à en avoir marre de moi. Je n’étais pas amusant pour lui, mais lui n’était pas un bon maître pour moi. Il n’était pas comme ceux d’avant. Il n’était pas comme l’homme qui apparaissait dans mes cauchemars, l’homme qui m’effrayait tant. Un soir, il me jeta tout bonnement dehors avec des haillons comme vêtements. Il ne voulait plus me revoir, mais je n’en avais que faire. J’allais simplement m’en aller. Je l’écoutais à peine me gueuler dessus et me jeter une bouteille par la tête. Je ne cillai même pas et me redressai sur les genoux, sur mes paumes et m’éloignai simplement de lui. En marchant dans le verre brisé sur mes mains et mes genoux, je sentis ma peau se couper, se fendre sous le verre qui la lacérait, mais je ne m’en préoccupai pas. Je m’éloignai simplement de lui, dans la noirceur et les ombres des lieux jusqu’à me retrouver sous un lampadaire. C’est là que je vis le sang…ce liquide rouge qui ne m’appartenait pas…qui ne pouvait pas venir de moi…j’étais déjà mort…je n’étais pas vivant.

- Ah…

Je me mis à trembler en portant mes mains à mon visage, le tachant de mon propre sang. Pourquoi avais-je ça en moi? Je ne comprenais pas. Je n’en voulais pas, je n’étais rien, je n’étais pas vivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Soreen
Hérétique désireux
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 11/06/2017
MessageSujet: Re: One night - pv. Harley Sam 17 Juin - 20:22


Un fracas assourdissant vint couper ce silence qui devenait trop pesant pour Liam. Des cris, du verre qui se brisait. Puis, un claquement de porte, et plus rien. Il ne s'en préoccupa pas immédiatement, mais sa curiosité finit par le pousser à poursuivre son tour du côté des bruits. Il passa devant une maison - probablement celle d'où provenait ce boucan -, et tomba sur une fine silhouette masculine placée sous la faible lumière d'un lampadaire. De dos, on pouvait distinguer la posture du garçon. Son corps était secoué de tremblements, et ses mains étaient portées à son visage. Pleurait-il ? Probablement pas, étant donné qu'il n'émettait aucun son distinct. C'est alors que Liam put remarquer le collier de fer qui serrait le cou du garçon. C'était un humain. Ses arcades sourcilières se froncèrent, et un rictus amusé passa sur son visage, tandis qu'il se rapprochait lentement de sa proie.

- C'est dangereux de rester seul, le soir.

Sa voix se faisait volontairement suave, mielleuse. Liam se positionna près du garçon inconnu, prit ses mains des siennes, et les baissa d'un geste plutôt brusque, dans le but de voir son visage. Ses mains, tâchées de sang, mirent la puce à l'oreille de notre protagoniste Hybride, qui remarqua également la présence de ce sang sur ses genoux. Cela n'avait pas l'air bien grave, alors il reporta son regard sur les yeux du garçon, et sourit, pinçant sa lèvre d'une de ses canines, une petite goutte de sang perlant sur celle-ci, avant de couler sur sa langue et disparaître. L'Hybride posa sa main sur le menton du garçon, relevant celui-ci vers le haut.

- Il pourrait t'arriver quelques broutilles, tu sais ?

Sa voix ne changeait pas. La provenance de cet humain lui était inconnue, tout comme son possible maître, mais s'il en avait un, il n'avait pas qu'à être dehors. Un esclave était, certes, inférieur, mais son maître se devait de faire en sorte de ne pas le perdre. Dans tous les cas, les habits - si l'on pouvait appeler ça des habits - du jeune garçon trahissaient quelque chose qui avait mal tourné. Dans ce cas là, il était à la merci de Liam. Peut-être allait-il gagner son premier esclave, ce soir, et sans débourser un sou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harley
Blackgun déchu
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 19/02/2017
Emploi : Ancien éclaireur en chef des BG
MessageSujet: Re: One night - pv. Harley Sam 17 Juin - 20:44

J’étais seul à présent, pas que cela n’ait pas été le cas pendant que j’étais là-bas…dans cette pièce d’où je ne sortais presque jamais. J’avais ce liquide carmin sur mes doigts, qui venait de moi et je n’arrivais pas à comprendre pourquoi. Je tremblais et j’avais envie de rire, mais alors que mes doigts se pressaient contre mon visage, un inconnu m’adressa la parole, enfin, j’en conclu que c’était à moi qu’il parlait, au déchet que j’étais…c’était rare…J’étais habitué qu’on me siffle et qu’on me donne des ordres et même parfois, on n’avait rien à me demander que je faisais exactement ce que l’on attendait de moi. J’étais beaucoup trop déstabilisé sur le coup pour relever la tête ou bouger. Non…je ne voulais pas de ça en moi, mais ça sortait encore de mes égratignures en fines gouttelettes. J’avais envie de m’arracher la peau, mais je ne pus pas, l’homme arriva et saisit mes mains pour les descendre brusquement et voir mon visage.

Mes yeux exprimaient une étincelle d’incompréhension, mais aussi de folie. Ce n’était pas la première fois que je voyais du sang…mais ce liquide rouge sous ma peau…il ne m’appartenait pas. Les meubles…ne saignaient pas. Les déchets non plus…Je n’étais rien du tout, alors ça n’avait pas lieu d’être là, en moi. Lorsque mes yeux violacés rencontrèrent les siens, je clignai des paupières le laissant relever mon visage alors que tout mon corps tremblait. Le rire dans le fond de ma gorge était coincé, étouffé, mais j’avais toujours envie de rire. J’écoutai à peine ce qu’il me disait dans les faits et je n’en avais rien à faire.

- Ah…ahaha…ah…ahah…

Je finis tout de même par émettre un pathétique rire, mes orbes violets toujours aussi brillants de la folie qui m’assaillait alors. Je finis par détourner les yeux comme je l’avais appris et regardai le sol, baisant la tête, mais ne pouvant réfréner mes soubresauts et mes tremblements. Je ne connaissais rien de cet Hybride, mais lui avait le même regard que mon pire cauchemar. Je me mordis légèrement la lèvre inférieure pour tenter d’arrêter de rire, mais je ne le pouvais pas. C’était totalement improbable que j’ai ça en moi…Je ne voulais plus le voir…Je voulais oublier…sinon…j’allais perdre pied et perdre les pédales. Je finis par simplement caler mon visage taché de mon propre sang contre l’épaule de l’homme devant moi. Ainsi, je ne pourrais plus voir ce qui se trouvait en moi et qui me donnait des envies de le voir en moi…ce liquide carmin si écoeurant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Soreen
Hérétique désireux
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 11/06/2017
MessageSujet: Re: One night - pv. Harley Sam 17 Juin - 21:09


Le regard que croisa Liam n'avait rien de courant. D'un côté, il paraissait seul, perdu, fragile. Et de l'autre, il y avait bien quelque chose qui le gênait. Quelque chose qui le rendait ainsi, propre à la folie. L'idée ne lui vint pas immédiatement, au contraire. Incertain, l'Hybride remarqua que le garçon ne répondait pas, se contentant de proférer un étrange rire de sa bouche. Malgré sa main qui soutenait son menton, il baissa la tête, ce qui lui déplut. Ce dernier ne força pas immédiatement, attendant de déceler la cause de ces étranges réactions. Et ce qui suivit l'aiguilla sur le problème en question. En effet, il posa son front contre son épaule, fermant les yeux. Comment pouvait-il faire ainsi confiance à un inconnu ? Humain débile. J'aurais pu te violer. Liam poussa le garçon d'un coup d'épaule, prenant sa tête entre ses deux mains avant qu'il ne comprenne la véritable raison de tout cela.

- Ne te colle pas à moi.

Ses mains lâchèrent son visage, et s'étalèrent sur le sang qui suintait sur la peau du garçon. D'un geste rapide à chaque endroit souillé par le sang, il l'écarta assez pour ne pas se focaliser sur ça uniquement. Il ne pouvait certes, pas tout enlever, mais le reste séchera et s'écaillera très probablement dans quelques heures, pas de quoi en faire toute une histoire. Une fois ayant atteint le visage, il crispa ses doigts sur sa mâchoire, serrant ses ongles contre la peau claire de celui-ci, dans le but d'émettre une certaine pression, sans le faire saigner.

- Je réitère ce que j'ai dit. C'est dangereux de rester seul, le soir.

Il appuya sur ces derniers mots et lâcha brusquement la peau de son interlocuteur. Le fait de ne pas répondre à ses provocations le piquait légèrement. Il avait intérêt à proférer un autre son que ce rire pathétique. Dans tous les cas, c'était un humain. Il ne fallait pas trop espérer de ces derniers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harley
Blackgun déchu
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 19/02/2017
Emploi : Ancien éclaireur en chef des BG
MessageSujet: Re: One night - pv. Harley Lun 19 Juin - 16:49

J’étais encore fébrile et tout mon corps tremblait légèrement. L’homme sur lequel je m’étais collé le visage contre son épaule me repoussa, ne voulant pas que je me colle à lui de toute évidence. Je ne comprenais pas trop, je ne voulais pas comprendre en fait, mais peu à peu je me calmai. La crise était terminée de toute évidence et c’était bien mieux ainsi. Je pus alors me focaliser sur l’inconnu devant moi et je sentis ses mains sur mon visage alors que mes yeux se levaient vers lui, vers le sien. Mes prunelles brillaient encore légèrement d’un certain éclat, mais rapidement, elles redevinrent ternes et sans vigueur. Il relâcha mon visage et je restai là sans bouger plus que nécessaire.

Je ne voulais pas le regarder à vrai dire. Je n’avais aucune ambition, aucun instinct de survie puisque l’on m’avait tout prit. Je n’étais plus qu’une marionnette, une coquille vide qui obéissait au doigt et à l’œil. Je prenais le monde entier pour mon maître. J’étais à tout le monde, je le savais. Ça avait toujours été comme ça…Je crois…je ne me souvenais plus. En fait, je ne savais même pas comment ni quand j’étais né. Je ne me souvenais que de ma vie actuelle, le reste…ce n’était rien que le néant. Seuls les rêves que je faisais et qui semblaient si réels pour moi, me perturbaient et me faisaient me questionner sur ce que j’étais vraiment. Je n’étais que du mobilier d’occasion, un rien, on me l’avait si souvent répété. J’en étais convaincu désormais et depuis bien longtemps.

Lorsqu’il me reprit le visage entre ses doigts, je tournai les yeux vers lui. Il serra fortement ma mâchoire dans sa main ce qui la déforma un peu, mais je ne produisis aucun son. Ça ne faisait pas très mal. Je connaissais bien plus pire. On m’avait appris à me taire en toute occasion, mais lorsqu’il me parla de nouveau, je ne pus que me résoudre à lui répondre pour ne pas qu’il ne me frappe. Il attendait clairement une réponse de ma part, de toute évidence.

- Je…J…Je…n…n’app…*Je me concentrai pour bien articuler, mon cerveau n’étant plus ce qu’il était à cause des coups. J’avais des pertes de vocabulaires et d’élocution à cause des séquelles.*…apparti…ent…à…personne…hm…Je n’ai…n…nul…part où aller…maître…

J’appelais tout le monde maître, c’était ainsi que l’on m’avait conditionné à être. Ainsi, je ne manquais de respect à personne et je démontrais à quiconque m’adressait la parole où se trouvait ma place. J’étais au ras du sol, bien évidemment et je détournai de nouveau les yeux lorsqu’il me relâcha de sa poigne assez forte. J’étais pathétique, mais au moins, j’obéissais à tout ce que l’on pouvait me demander. Je n’étais qu’un objet pour assouvir les désirs les plus malsains et les plus pervers de quiconque en avait envie. Je n’avais même pas idée de m’enfuir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Soreen
Hérétique désireux
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 11/06/2017
MessageSujet: Re: One night - pv. Harley Lun 19 Juin - 18:48


Le garçon mit du temps avant de réellement tourner son regard vers Liam, qui vrilla immédiatement son regard dans le sien. Il ne semblait pas ressentir de douleur, même en appuyant un peu plus fort - néanmoins, sans dépasser une certaine limite. Certes, Liam aimait la violence, mais il avait un minimum de respect.. pour lui-même. Il n'allait quand même pas le faire hurler en pleine nuit, contre un lampadaire. Cela aurait pu se passer, effectivement, mais étant donné qu'il était encore nouveau ici, mieux ne valait pas le faire en pleine rue, mis à part si sa petite proie continuait à se taire lorsqu'il parlait.

Contre toute attente, il prononça enfin quelques mots, d'une voix révélant les efforts faits pour prononcer chaque syllabe. Mais ce problème d'élocution ne l'empêcha pas de lorgner le jeune homme d'un regard des plus pervers. Le nom qu'il lui avait donné le perturbait néanmoins quelque peu. Maître, hein ? Était-ce ce genre de catin traînant de maison en maison ? Probablement. Mais ça ne l'empêchait pas d'appartenir à Liam pendant un moment, s'il s'avérait être convaincant.

- J't'ai pas demandé de m'appeler comme ça.

Une nouvelle fois, le regard du garçon se tourna vers le sol, ce qui arracha un frisson de frustration à l'Hybride, qui repositionna ses doigts sous son menton, le dirigeant violemment face à lui, avant d'ajouter.

- Et regarde moi quand j'te parle. Qu'est ce que tu fous ici ?

A première vue, il avait l'air totalement perdu. Comme si rien n'émanait de son corps, pas même le moindre sentiment de panique ou d'incompréhension. On aurait dit un petit chien abandonné, mais néanmoins habitué à vivre ainsi dehors. Après tout, peut-être était-ce le cas ? Peu importe, Liam n'en savait rien, et sa situation actuelle l'importait peu. Tandis que ses doigts lâchaient son menton de telle sorte à le laisser face à lui, il esquissa un sourire à la commissure de ses lèvres, plissant des yeux en un regard prédateur quant au petit agneau perdu qui se trouvait juste devant ses mains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harley
Blackgun déchu
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 19/02/2017
Emploi : Ancien éclaireur en chef des BG
MessageSujet: Re: One night - pv. Harley Mar 20 Juin - 16:37

J’étais encore là, dans la rue sous ce lampadaire avec cet Hybride que je ne comprenais pas. Il tentait de me faire commettre des erreurs, de changer complètement mon comportement initial. Je n’allais pas tomber dans son piège, ne pas décevoir ceux qui m’avaient dressé comme il le fallait. Je ne pouvais pas les décevoir et je savais que de regarder quelqu’un dans les yeux était mal, mais l’autre homme semblait tellement insistant. Il n’arrêtait pas de remonter violemment mon menton, mon visage pour que nos prunelles se croisent et moi, je n’aimais pas ça. Je ne voulais pas croiser son regard, je ne le devais pas. Puis, je tressaillis, tentant de garder le contact visuel, mais ce fut plus fort que moi et je baissai une énième fois les yeux, finissant par les détourner, me mordant la lèvre en même temps.

- Je…Je ne…p….peux pas…Punissez-moi…si…si c’est mal…

Je ne pouvais pas le regarder en face, c’était imposant…intimidant et je savais que de le faire signifiait coups et blessures…mais de ne pas obéir aussi…c’est pourquoi je lui dis qu’il pouvait me punir de ne pas arriver à faire ce qu’il me demandait. Il me faudrait du temps pour ça et présentement, je n’en avais pas. Je ne bougeai pas non plus, restant là et me remis à parler puisqu’il m’avait posé une question.

- Je…Je viens de…hm…*Se concentre mais n’en sait rien.*…cette maison…b…blanche…et…et…hm…verte…et…je…n’ai plus…personne…ni…ni…lieu où…dormir…donc….je vais dormir…l…là…

Je désignai de la main le sol où je me trouvais, mais je ne pouvais regarder l’Hybride en face. Au moins, j’avais été clair avec lui. Je n’avais pas l’habitude de parler autant non plus. Cet homme me déroutait trop et me faisait sortir de mes habitudes, de mes routines. Il ne semblait pas comprendre qu’un esclave, qu’un moins que rien comme moi n’avait ni droit de regard, ni droit de parole, ni droit de pensée, ni rien…J’étais un truc mort…un meuble qu’on venait à peine de jeter aux poubelles parce qu’il ne convenait plus. Je ne savais pas ce que l’autre recherchait où s’il jouait avec moi, mais cela m’importait peu. S’il voulait me ramasser sur le bord de la rue, qu’il le fasse ou s’il avait envie de n’importe quoi je le lui ferais sans rien demander en retour, mais que cela soit quelque chose que je puisse faire…Le regarder dans les yeux, c’était déjà trop pour moi. J’avais souvent été battu pour ça et j’avais retenu la leçon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Soreen
Hérétique désireux
avatar
Messages : 27
Date d'inscription : 11/06/2017
MessageSujet: Re: One night - pv. Harley Mar 20 Juin - 19:13


L'Humain baissa une nouvelle fois la tête, ce qui eut le don d'exciter les nerfs de l'Hybride qui se trouvait en face de lui. Son faciès se crispa et ses dents se serrèrent en un crissement incessant. Il ne faisait que geindre auprès de Liam, ce qui contribuait à cet énervement qui montait crescendo. Sa main saisit son menton une nouvelle fois et le tourna tout aussi violemment, mais en pressant sa paume contre sa mâchoire, cette fois-ci. Ses doigts se refermèrent si fort sur sa mâchoire - à la limite de la casser - qu'il se résolut à le lâcher après quelques secondes où il le dévisagea avec un regard des plus flippants. Ses pupilles se rétractèrent jusqu'à ne former qu'une ligne dans un fond noir. S'il voulait éviter les coups, ignorer ses remarques et ses gestes n'était pas forcément la meilleure attitude à avoir. Il poursuivit, renseignant sa provenance actuelle, désignant cette dernière.

- T'es une pute à domicile ?

Il y avait une légère ironie dans sa voix, même s'il s'en doutait. Qui se faisait jeter en pleine nuit d'une maison ? Un Humain, qui plus est, et traînant dans un quartier banal. Pour se faire abuser par des Hybrides non-nobles, il ne devait pas lui rester tant de fierté que ça. Liam amena sa main au collier de l'Humain, serrant sa prise contre cette peau transpirante et encore tremblante, lui coupant légèrement la respiration, tirant en avant de telle sorte à ce qu'il se colle à lui.

- Si t'as pas où dormir, tu vas dormir dans mon lit.

Liam attendit quelques secondes de telle sorte à remarquer sa réaction. Il voulait uniquement en apprendre plus sur lui, à sa manière étant donné qu'il ne parlait pas beaucoup. En effet, il n'allait pas faire dormir un Humain dans son propre lit, et encore moins dans son appartement. A moins qu'il ne dorme sur son tapis, ou devant la porte, comme le petit chien qu'il était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harley
Blackgun déchu
avatar
Messages : 54
Date d'inscription : 19/02/2017
Emploi : Ancien éclaireur en chef des BG
MessageSujet: Re: One night - pv. Harley Hier à 2:24

J’avais baissé les yeux encore une fois. Cet homme devant moi commençait à me faire peur, mais je me faisais violence pour ne pas reculer, ni réagir à quoi que ce soit. Je sus rapidement que mes bonnes manières d’esclave ou plutôt mes mauvaises manies vis-à-vis de mon interlocuteur ne lui plaisaient pas du tout. Je sentis très bien ses doigts se refermer sur mon menton, sur ma mâchoire, me la serrant tellement fort que je ne pus réprimer une légère grimace de douleur. Il avait de la poigne comme l’homme qui me faisait peur…terriblement peur. Malgré que je n’étais rien, ni personne, j’avais la peur. C’était la seule émotion que je ressentais, du moins que ce qui me servait de tête et de corps ressentaient. Je n’étais que le véhicule de cette émotion malsaine.

- Ah…

Je le regardais enfin dans les yeux et je pus voir l’intérieur de ses yeux noirs et la fente de son iris rouge de son regard de fou…Je réprimai un frisson et me retrouvai coller à lui après qu’il m’ait demandé si j’étais une pute à domicile. Dans les faits, j’en étais une…Je crois. Le fait qu’il m’ait coupé la respiration m’empêcha de répondre sur le coup, puis reprenant mon souffle ou du moins, l’air qui me manquait je répondis enfin d’une voix enrouée, peu habitué de parler.

- Je…oui…Je crois…hm…J’ai été…*Je fermai les yeux quelques secondes en fronçant les sourcils, cherchant mes mots*…vendu…aux….aux…enchères…puis…ab…aband…onné…

Lorsqu’il me proposa d’aller dormir dans son lit, j’eus un air interrogateur dans mon regard peu habitué à cette requête et même cette proposition. Peu d’hommes m’avaient permis de dormir dans la même chambre qu’eux alors dans leur lit…c’était une première. Habituellement, je ne dormais même pas chez mon client, me faisant renvoyer dans ma pièce à l’armée, mais plus maintenant. Le passé était le passé et je n’en avais pas. Je n’avais que des rêves, des illusions et je savais qu’un objet tel que moi finirait tôt ou tard à la casse, brisé en morceaux et inutilisable. Je n’avais aucun avenir alors je me devais de le croire, cet inconnu au regard fou.

- J’accepte…d’être à vous…mo…monsieur.

Oui, j’acceptais tout ce qu’il pouvait m’offrir parce que de toute façon, je ne possédais rien. J’étais à qui voulait bien de moi, n’ayant aucune valeur humaine. Si je ne faisais pas l’affaire, il n’aurait alors qu’à disposer de moi comme mon ancien maître l’avait fait de moi en me jetant dehors. Toujours collé à lui, je ne faisais que me perdre dans son regard inhabituel, hypnotisant et intriguant. Qu’allait-il faire de moi à présent? Peu m’importait. Je n’existais que pour assouvir les fantasmes et les désirs de tous et chacun, seul ou en groupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: One night - pv. Harley

Revenir en haut Aller en bas

One night - pv. Harley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Bryule :: Centre Ville :: Rues-