Revenir en haut
Aller en bas


Forum rpg Yaoi (+18)

Partagez|

Reach The Darkness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Mao-You Ren
XX - Judgment
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 02/06/2017
Emploi : Propriétaire d'un bar & Politicien
MessageSujet: Reach The Darkness Dim 25 Juin - 1:49

Reach The Darkness Une importante journée attendait le chinois: sa toute première descente aux enfers.

À quoi pensait-il? Il risquait de se faire tuer.


C'est tôt le matin que l'hybride se préparait pour sa visite à l'underground. Mao avait préparé le coup: il allait demander à des hommes indépendants de le protéger en échange de nourriture et de boissons. Il avait son stock avec lui. Il était prêt.

C'était en voiture qu'il se rendit à l'entrée de l'underground. C'est par la fenêtre qu'il regarda le joli paysage du centre-ville: assez coloré, mais pas autant la ville Haute qui est le luxe, le paradis même. Tout défilait devant ses yeux et remarque les couleurs sombres, des fleurs mal entretenues.

On se rapproche, Mao...

Son coeur commence à battre rapidement.

Venait-il de commettre une erreur? Non, Mao ne regrette pas sa décision. Il voulait en apprendre sur les personnes de l'underground, savoir c'était comment de vivre là-bas, leur point de vue.

Mao s'était intéressé à interagir avec ses habitants, il cherchait à aider du mieux qu'il peut.

C'est donc ici l'entrée de l'underground... Que c'est charmant.

L'Entrée était sombre et bien protégé. Juste cet insigne où était inscrit "Underground" lui donnait un petit frisson.

Sale serait le mot parfait pour décrire sa toute première impression alors qu'il était juste devant les portes.

Il se présenta aux gardes et leur expliqua sa visite à l'underground. Bien sûr il reçut un avertissement au sujet des dangers, mais Mao leur répond tout simplement:

- je suis conscient des dangers. Je veux passer ses portes, messieurs.

C'est alors que son aventure en enfer commence...

_________________________

Accompagné de 3 "gardes" indépendants, il entra rapidement dans une petite boutique sombre, délabré, en prenant le soin de regarder autour de lui. Il mit sur la vitre l'affiche «Ouvert » et alla déposer tout son stock. Il en avait fait du chemin pour se retrouvé ici: Il se cachait pour ne pas se faire repéré, il s'était perdus dans les rues, mais il a eu la chance d'avoir trouver 3 hommes indépendants pour le protéger en échange des vivres et des cigares. Ceux-ci l'ont guidé jusqu'ici.

Il s'installa lentement tout en faisant de son mieux pour rester le plus éveillé que possible pour éviter une mort bien trop simple.

Était-ce l'enfer? Allait-il en ressortir intact?
Nul ne le sait...
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille J. Blossom
The Jabberwocky
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 22/06/2017
Emploi : Homme de main.
MessageSujet: Re: Reach The Darkness Dim 25 Juin - 11:16

ft. Camille J.
Blossom

ft. Mao-You Ren

「 Drown Yourself
In It 」
C’était l’enfer pour ceux qui le souhaitaient, un paradis pour d’autres. Qu’importe la réponse ; on ne ressortait jamais intact. Que ce fût l’Underground, ou sa propre histoire.

Ses yeux fixaient l’hybride. Ses paupières n’osaient guère barrer le chemin. Ils suivaient le moindre pas de ce nouvel étranger dans un monde inconnu. Sa langue claqua contre son palais. Les plus fous étaient les braves. La bravoure n’était qu’hypocrisie. Camille était intrigué. Pourquoi un nouvel étranger souhaitait se suicider ?

Il se tenait devant la boutique poussiéreuse. D’un pas sombre et silencieux, le lézard suivait les traces épineuses. Trois gardes, un hybride. Faisait-il assez confiance au profit pour garder à l’œil des crocs et des haines ? Cela n’arrangeait pas ses affaires. Le Jabberwocky resta debout, longue silhouette immobile face à l'échoppe à la pancarte significative. Le lieu était toujours fermé, aujourd'hui ouvert. Le nouvel étranger attendait de la visite. Serait-il son invité ? Il aimait les invitations.

Il réajusta ses gants de cuir sur ses mains fines. Ses oreilles se délectaient du bruit de la matière. Il était intrigué. Cela l’excitait. Ses pas glissèrent sur le sol, claquant dans les flaques, sifflant sur la roche. L’épouvantail fit grincer la poignée, la sonnette se fit muette. Il la ferma derrière lui avec une précaution précise, qu’en bien même les trois gardes le regardaient, tendus. Mais Camille ne s’en faisait pas, il ne s’en était jamais fait.

Lorsqu’il se retourna, ses rubis attaquèrent d’un œil bien observateur et dénué de chaleur, le nouvel étranger. On aurait dit une rose, aux trois épines terribles, et aux griffes assassines. Le genre de rose si difficile à atteindre et pourtant facile à briser. Un être délicat, entouré de pointes prêtes à faire perler le rouge. Rouge, si beau rouge.

Cette couleur devait bien lui aller au teint.

Jabberwocky étira un sourire succinct. D’un geste sec, il remit en place sa veste noire sur ses épaules. Puis, il resserra sa cravate autour de son col, avant de faire craquer son cou, deux fois. Le cuir grogna, quand ses paumes se joignirent devant lui.

« Bienvenue dans l’Underground. » siffla son grave et plat ténor.

Nul ne le sait. Et c’était l’absence de savoir qui noyait dans la plus belle des noirceurs. C’était cet inconnu qui nous prenait au cœur, l’arrachait, l’étranglait et le dévorait avec ardeur. Car la curiosité était un vilain défaut, elle nous amenait à vivre mille maux.

Son visage ne cilla pas. Il le fixait, avec la même dévotion qu’un chat son joli minois.


HS : Je m'invite, dis-moi si quelque chose ne va pas éè
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mao-You Ren
XX - Judgment
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 02/06/2017
Emploi : Propriétaire d'un bar & Politicien
MessageSujet: Re: Reach The Darkness Mar 27 Juin - 6:25

Reach The Darkness Tout semblait être bien placé derrière le comptoir. Il avait sorti des cigares et sa pipe qu’il avait l’habitude de fumer. Il l’alluma avant de laisser de la fumé s’échapper entre ses lèvres rosées.

Un bruit Mao... quelqu’un est entré. Il devrait se retourner.

Effectivement un bruit se fit entendre. Il se retourna, se trouvant en arrière du comptoir pour observer l’homme qui vient d’entrer.

Un silence de sa part pouvait être remarqué. Il resta tout de même calme, même s’il avait remarqué que les trois hommes se sont légèrement rapprochés même avec leur expression qui ne disait rien de bon.

Regrettait-il d’être ici? Non. Il savait qu’il se jetait dans la gueule du loup en étant ici. Si personne ne cherchait à en apprendre plus sur l’Underground et tout ce qui se passait, qui le fera?

Il continua de fumer sa pipe chinoise et regarda de haut l’inconnue. Puis il le vit se retourner.

Fascination et légère peur.
Est-ce la faucheuse qui était venue le chercher?

Mao le regarda de la tête au pied, allant même le fixer droit dans ses yeux.

Il affronta la faucheuse du regard, son regard rouge sang contre le regard noir de Mao.

« Bienvenue dans l’Underground. »

Il savait donc que Mao était un étranger. Un mot de bienvenue sur une terre étrangère du chinois. Il ne voulait pas causer de problème, encore moins faire la guerre contre l’Underground, contre ceux qui ne sont pas les plus favorisés dans cette ville.

Merci bien pour cet accueil. Tu es mon premier client et tu es entrer que très récemment l’ouverture de ce lieu. Sois tu es tombé par hasard ici ou tu m’as suivis. Bref...

Il fuma une toute dernière fois avant de laisser sa pipe chinoise de côté.

Je vends des cigares et des boissons... avec moi, ça fonctionne avec le troque. J’ai même de la nourriture que j’ai apportée. Sachant qu’il est difficile de vivre ici, je peux te l’offrir gratuitement. Si par hasard tu as une bouteille en tête, mais qui ne se trouve pas sur les étagères derrière moi, je te faire une petite réservation et je reviendrais avec la bouteille que tu veux.

Il devait garder un œil, ne pas le quitter pas du regard. Il semblait dangereux. Il venait juste d’ouvrir sa «boutique» et voilà qu’un homme bizarre se trouve à être son premier invité... Qu’il a de la chance!
© 2981 12289 0

HRP: Joie que tu te joins au rp et je n'ai aucun problème avec ta réponse. 'u'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille J. Blossom
The Jabberwocky
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 22/06/2017
Emploi : Homme de main.
MessageSujet: Re: Reach The Darkness Jeu 29 Juin - 13:16

ft. Camille J.
Blossom

ft. Mao-You Ren

「 Drown Yourself
In It 」
Sa voix était douce, glissant sur sa peau pour mieux se parer de mensonges. Les épines grattaient et creusaient, aussi suavement qu’un chuchotis chatouillant une oreille. L’intelligence perlait, inondait une verve bien rare dans un lieu bien sombre. Une voix était capable de prêter tant de tourments, et tant de jugements. Elle permettait une découverte profonde et continue, au fur et à mesure que son porteur ronronnait. Camille aimait les voix, surtout inondées de désespoir. Il avait alors l’impression de ressentir quelque chose.

Sa première sentence énonçait une probabilité dont il connaissait déjà la réponse. Il en était sûr. L’épine était d’humeur aux devinettes. Son faciès resta impassible, et il n’infirma, ni affirma les propos de l’objet de sa curiosité. Il constata qu’il le tutoyait.

Si Camille enregistrait chaque tonalité, chaque mot avec délectation, ses yeux se prêtaient plus à courir sur ce faciès fin. Il était blanc, telle la neige. Dénué de cicatrices, de tâches, d’imperfections. Oui. Le rouge lui irait à ravir. Il se demanda si ce fluide si vital pourlécherait ses cornes, fondant en elles, pour mieux glisser sur les contours de son nez aquilin, pour mieux s’imprégner de la noirceur des yeux de ce nouvel étranger. Il le fixait, encore et encore. Et le nouvel étranger lui rendait son regard, encore et encore. Quel étonnement.

Un sourire perça son faciès de statue, à sa dernière phrase. Camille porta sa main à la cicatrice de son cou, pour la gratter dans un geste souvent répété. Les gardes se crispèrent. Il les fixa, ennuyé. Puis ses iris revinrent embrasser celles du vendeur, soumettant une proposition qui n’avait guère besoin de mots. Une discussion à deux serait tellement plus charmante.

Son interlocuteur faisait preuve, en tout cas, d’une prudence acerbe. Il était nerveux, il avait de quoi l’être. L’Underground ne laissait place à la logique, seulement à sa rage.

« Aurais-tu pour mes emplettes, un paquet de cigarettes ? »

Camille ne fumait pas. Camille le tutoyait. Il s’adaptait. Sa voix restait pourtant vide de sens. Quant à son corps, il restait décontracté, calme et assuré. Le Jabberwocky ne voyait pas l’intérêt de s’en prendre aux trois hommes. Il perdrait une énergie précieuse. Non. Il était curieux. Terriblement… Curieux.

« Aurais-tu tout autant pour mes désirs, la raison de ta présence parmi nous autres messires ? »

Ses vers coulaient avec fluidité de sa gorge. Sifflement saurien et langoureux qui jouait des notes cachant l’obscurité des lieux, l’obscurité qui noyait les hommes de l’Underground. De la chance il avait, car il était tombé sur le plus rationnel des fous.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mao-You Ren
XX - Judgment
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 02/06/2017
Emploi : Propriétaire d'un bar & Politicien
MessageSujet: Re: Reach The Darkness Dim 9 Juil - 4:56

Reach The Darkness Mao suivit chaque mouvement de son client: il le regarda porter sa main à son cou pour la gratter. C'est alors qu'il se mit à fixer sa longue marque sur son coup.

Quelle horreur.
Pourquoi une cicatrice à cette endroit?
Il était si différent de Mao.
Est-ce que Mao connaissait la souffrance?

L'idée que cet être mystérieuse aurait été torturé fit froncer les sourcils du chinois. Pourtant, il voyait bien qu'il était fort: se dressant comme si rien ne pouvait lui faire peur, la manière qu'il observait les gardes armés comme s'ils ne pouvaient rien lui faire.

Il y avait encore beaucoup de travail avant que tout le monde puisse jouir d'une vie sans violence...

Il entend la demande de l'hybride pour le paquet de cigarette et se mit tout de suite dans ses choses qu'il a transporter. Il poussa un soupir de soulagement dès qu'il réalise qu'il avait apporté quelques paquets, ne transportant que des cigares habituellement. Mao n'avait pas seulement prêter attention au message du jeune homme, mais aussi ses mots et le ton de sa voix.

Il parlait comme un noble.

Il resta neutre, mais intérieurement il se posait des questions et faisait des hypothèses. Mao déposa le paquet sur le comptoir et fit mine de sourire un peu.

-Voilà ton paquet, jeune homme.

«Aurais-tu tout autant pour mes désirs, la raison de ta présence parmi nous autres messires ? »

Ah, il fait rappeler à Mao à son plus jeune âge. Sa manière de s'exprimer n'était pas autant riche que ce bel inconnue. Est-ce une bonne chose? Il croyait que les personnes de l'underground s'exprime d'une manière très familière, mais celui-ci sort du lot.

Une question bien placer pour que Mao s'appui sur le comptoir, sentant qu'il était démasqué et devait inévitablement dire la vérité. De toute manière, la vérité allait se faire entendre avec Mao et mensonge étaitt à évité.

- La raison... que ma présence perturbe ou pas, je viens faire des affaires avec vous. Derrière ses actions de troques, je veux vous aider et comprendre ce que vous vivez. Esclave, Black-gun, indépendant ou White-sun, vous vivez tous ici et en partit éloigné du peuple.

Mao inspirait confiance à présent, il oubliait les gardes.

- Vivre paisiblement semble difficile ici, parler et se faire écouter de même. Je sais... je ne sais pas à qui je m'adresse. Vas-tu me tuer dès que je vais sortir d'ici? Peut-être bien. Tu dois avoir cette possibilité de m'achever sans que je ne réalise ce qui vient de se passer avant que tu n'entend mon dernier soupire.

Mao ne bronchait pas, continuant à regarder. Il ne recula pas du comptoir, rien.

Il se prenait pour qui sur ces terres prise par les humains?
L'un des leur bien évidemment.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille J. Blossom
The Jabberwocky
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 22/06/2017
Emploi : Homme de main.
MessageSujet: Re: Reach The Darkness Sam 15 Juil - 7:02

ft. Camille J.
Blossom

ft. Mao-You Ren

「 Drown Yourself
In It 」
L’hybride finit par se retourner, pour chercher la demande de l’épouvantail. Ce dernier fixa ces bras fins, cette façon gracieuse de chercher, d’attraper, de masquer. Parés de noir, ces griffes ne mentaient guère, parés de noir, on n’y verrait guère de rouge. Quelle tristesse.

Il resta sans bouger, fixant les cigarettes déposées sur le comptoir. Il ne s’agissait là que d’une façon de faire, il voulait la réponse à sa seconde question, à sa curiosité, à sa langue sifflante désirant cette bien belle chanson. Il prenait ses aises, cette rose, il posait ses épines et pavanait sur le bois écorché du comptoir. Et Camille l’écoutait. Ses paupières ne s’étaient pas fermées une seule fois.

L’hybride ne mentait pas. L’hybride était à l’aise. En même temps, n’était-il pas entouré de quatre forts gaillards ? Ils n’étaient qu’objets sans intérêt aux yeux de l’homme de main. Tout ce qui lui importait était cette rose et ses racines, ses pétales et ses épines…

Il étira un sourire dérangeant.

« Quel est donc ce regret qui vous ronge en plein cœur, au point de vous poussez à l’hypocrisie de stopper les malheurs ? Quel est donc ce remord qui vous fait tort, au point de vous envoyer dans la gueule des morts ? »

Ceux qui veulent aider dans le danger, étaient souvent accablés par un chagrin ou une pensée. Ils voulaient se racheter, aux yeux de l’humanité. Camille comprenait l’homme, et l’hybride en était un aussi.

Le Jabberwocky s’avança. Ses souliers faisaient grincer le plancher. Il se fit proche, toujours, et encore. Il passa les gardes qui se rapprochèrent indubitablement. Il se rapprocha de cette rose, la couvant de sa silhouette, la fixant d’un œil chaud et liquide, froid et dur. Son œil étincelait, tandis que sa main, araignée de l’heure, glissait sur le paquet de cigarettes, effleurant les doigts blancs de son interlocuteur. Il se pencha, il persiffla au visage si fin et frêle d’une rose qui n'avait jamais fânée.

« Vous voulez comprendre tout en étant protégé, comprendre sans être effrayé. Comment comprendre sans ressentir cette émotion vile et tendre qu’est la peur ? Comment voir sans respirer l’haleine souffrante au plus près d’un danger faucheur ? Comment savoir sans être perdu face à une main étranglant votre cœur ? » Son faciès se rapprocha, encore, plus encore. Au point que ses lèvres se retrouvaient près de cette oreille immaculée. Son sifflement soufflait sur ce lobe, aussi dénué d’émotions que saupoudré de son ténor grave, de ce chuchotis infâme. « Hurlements, sang, larmes et violence sont les quatre lois de l’Underground. Et vous voulez en être le sauveur, sans vous laisser tâcher par sa main aux ignobles senteurs. Mais dites-moi ma Rose... Connaissez-vous seulement le sentiment de pleurer de douleur ? »

Camille se recula, il ignora le garde du corps près de lui, et mit le paquet de cigarettes dans la poche intérieure de sa veste, tout en restant à observer ce visage de la ville haute, ce visage qui n’avait certainement jamais été proche de ce désir de survivre, de cette peur de mourir. Le Blackgun connaissait ce regard, il l’avait vu tant et tant de fois dans les regards de victimes, des siennes comme d’autres. Il s’en délectait. Il chuchota :

« Je ne vais pas vous tuer ; cela ne correspondrait pas à ma façon d’opérer. Aussi étranges sont vos rêves, vous êtes plus utile vivace que transpercer par le glaive. » Il pencha la tête de côté, le sourire effacé, et reprit d’un ton morne. « Peut-être peut-on, ma mie, arriver à un compromis ? »

Car il y avait là quelque chose de bien intéressant à ses yeux. Entre les racines et les épines tranchantes, sous les pétales qui enchantent, il y avait un chemin par lequel se faufiler, une opportunité à attraper. Et les griffes du Jabberwocky avaient bien l’intention de la posséder.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mao-You Ren
XX - Judgment
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 02/06/2017
Emploi : Propriétaire d'un bar & Politicien
MessageSujet: Re: Reach The Darkness Lun 24 Juil - 22:11

Reach The Darkness Alors que confiance domine cet air de peur chez Mao, le sourire de son interlocuteur était presque comme un courant d’air froid : ça lui donnait la chair de poule.

Des questions sur d’autres, cet homme savait bien jouer avec lui, faisant exprès de faire ressortir les faiblesses de Mao, et tout ça avec ses questions.

Il l’analysait comme s’il ne s’agissait que d’un livre ouvert.

Alors qu’il pensait aux réponses pour satisfaire l’homme aux yeux rouges, encré dans ses pensées, les grincements se firent entendre. Il le regarda avancer d’un air dur, presque comme s’il voulait lui faire peur.

Savait-il que ça n’allait rien changer? Peut importe la manière comme il allait regarder l’homme aux cheveux noirs, ça n’allait certainement pas l’apeurer.

Mao sentit les doigts de l’inconnue glisser sur les siens lorsqu’il prit le paquet. Il retira doucement sa main après cette sensation de froideur. Il continua de l’écouter, d’approuver silencieusement ses arguments.

Sans une certaine égalité, il ne pouvait comprendre ce que le peuple de l’underground vivait. Pendant qu’il arrosait son jardin, il y avait un jeune homme qui cherchait désespérément à se trouver un abri et de quoi à manger, essayant de survivre dans ce monde injuste.

Alors que lui et son interlocuteur étaient proches, Mao resta aussi tendu et figé qu’un cerf qui se fait surprendre par les phares d’une voiture. Ce n’est qu’au moment où leurs visages étaient suffisamment éloignés que Mao poussa un long soupire.

«Je ne vais pas vous tuer; cela ne correspondrait pas à ma façon d’opérer. Aussi étranges sont vos rêves, vous êtes plus utile vivace que transpercer par le glaive. »

La chance! Mao venait sûrement d’apprendre une leçon de plus grâce à cet homme marqué.

Tiens, le chinois écarquille des yeux en entendant la question...

« Peut-être peut-on, ma mie, arriver à un compromis ? »

Un compromis tu dis?

Il devait faire attention pour ne pas trop se lancer dans le trouble. Mao a une tête sur les épaules, mais son but est capable de le pousser bien loin dans sa quête, prenant des risques.

Il serra le poing et le frappa contre le comptoir en face de lui et se mordit la lèvre. Le choc contre le comptoir de bois raisonna. Il regarda les gardes proches de lui. Des mots se glissèrent entre ses lèvres.

Tu as bien raison de dire que je ne serais pas capable de comprendre ce que vous vivez. Il y a plein de circonstances qui font que nous ne sommes pas égaux : où nous vivons, qui nous a élevés, notre parcours jusqu’à l’âge adulte. J’ai bien ressenti une parcelle de peur, de douleur, mais pas le vrai. Je suis tellement bien protégé que je ne peux être certain que j’ai déjà vu mon sang couler. Est-elle rouge? Mystère est à suivre jusqu’à aujourd’hui, même si quelqu’un tente de me convaincre qu’elle est.

Il se mit à fouiller dans son sac pour en sortir une boite de nourriture qu’il le posa sur le comptoir.

Tu n’as pas besoin de payer pour la nourriture : c’est pour toi. J’attends à ce que tu me donnes un objet, t’ayant donné le paquet de cigarette et que tu me parles de ce fameux compromis.

Il reprit sa pipe qu’il a laissée de côté. Il inspire la fumée avant de la laisser se faufiler dans l’air.

C’était bien l’une des seules choses familières ici qui pouvait le rassurer.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille J. Blossom
The Jabberwocky
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 22/06/2017
Emploi : Homme de main.
MessageSujet: Re: Reach The Darkness Sam 29 Juil - 10:29

ft. Camille J.
Blossom

ft. Mao-You Ren

「 Drown Yourself
In It 」
A cette simple étincelle, ce pauvre contact humain, l’hybride fermait ses pétales à sa vue. Ses doigts avaient quitté les siens, comme effrayés de ce qu’était le Jabberwocky. Son visage était aussi laid que son âme, Camille le savait, il ne lui jetait pas la pierre. Tous, autant qu’ils étaient, aussi courageux que couards, baissaient le regard face à son visage et ses phrases. Mais cela ne l’attristait pas, il était lui, la Reine Rouge n’avait que sculpté l’extérieur, développer l’intérieur. Et il l’acceptait pleinement depuis sa tendre enfance ; l’absence, autant que l’écœurement qu’on ressentait à son égard.

Camille recula de quelques pas, il le fixa, comme depuis le début, de cette manière qu’ont les plus curieux animaux pour leurs proies dodues. La Rose finit par frapper du poing sur la table. Camille perdit son sourire. Il n’aimait pas les revêches. Sa tête se pencha sur le côté, et ses yeux se durcir. L’animal était bien au courant de son sort, et l’acceptait pleinement. Son discours le prouvait, mais qu’en était-il de ses actions ? Suivraient-elles ? Etait-il aussi couard et en demande de rédemption, aussi emprunt du narcissisme de se faire voir comme héros, que le pensait l’homme de main ? Camille voulait savoir s’il avait tort.

Sa langue claqua contre son palais.

Il resta immobile, à observer la nourriture, et le bon samaritain. S’il prenait la nourriture, on lui demanderait sa provenance. Il devra la déposer ailleurs, avant de revenir dans sa tanière. Ses écailles se murent sur le parquet, silencieuses ; ses talons tanguant sur le bois grinçant dans une rythmique entraînante. Il avait envie de danser !

« Si vous voulez tant prouver votre générosité, si vous voulez ressentir ce que ressentent les brebis égarées, peut-être serait-il tant d’abandonner votre sécurité ? Face au danger, seul, sans personne pour vous protéger, avec pour simple arme le pari d’une confiance effarée… Seul avec moi, face à moi, avec moi… »

Camille était bien sérieux, et il voulait voir à quel point les rêves de cette rose étaient résistants, ou faciles à se briser. Dans l’Underground, il n’y avait personne pour vous protéger, seulement vous-mêmes, et la possible confiance que vous pouviez avoir en d’autres camarades. C'était un pari d'une vie. Seul face aux dangers, face aux autres, face à la trahison. On se sentait si seul, avec pour seules armes notre vie et nos décisions…

L’épouvantail fixa les gardes du corps aussi tendus qu’une corde de pendu. Puis il revint à sa rose, terrible, au poing fort et insoumis, fragile et alléchant. Sa posture redevint d’une droiture noble, et il commença son discours d’un ténor poli, sifflant.

« Vous êtes ici en un territoire où les hybrides nobles - ne cherchez pas à voiler l'incontesté - sont des proies très convoitées… Vous pouvez avoir la chance de tomber sur les bonnes personnes, comme les damnés. Ceux qui torturent, massacrent, violent dans leur propre sang caillé. Ma rose, ces hommes que vous avez embauchés ne vous seront d’aucune utilité, si jamais les damnés arrivent à vous trouver. N’est-il pas ? »

Il fixa les humains qui baissèrent le regard, soudain peu sûrs d’eux, en imaginant les blackguns et leurs méfaits, en imaginant leur sort s'ils savaient. Camille continua, prenant leur silence pour une affirmation. Personne ne voulait se retrouver face aux chiens enragés de l’Underground.

« Vous serez seul, face à des humains qui n’auront que faire de vos intentions, avec en guise de cœur et règles des abysses sans fond. Je vous propose, ma Rose, que cette alternative ne soit qu’une de mes proses. Sous ma protection, ils ne vous blesseront, ils ne sauront. Vous pourrez continuer votre quête, sans qu’ils ne vous réduisent en miettes. Et cela vaut tout autant pour les autres qui vous voudront mourants. Vous n’aurez qu’à dire mon nom, être sous ma protection, et ô… Croyez-moi ma Rose, ils n’oseront pas même observer votre beauté fauve. »

La fumée de la pipe arriva à son visage, il l’écarta d’une de ses mains gantées, tout en fixant son interlocuteur adoré. Camille avait bien des choses en tête, et ce compromis était quelque chose d’aussi appétissant qu’intéressant. Il semblait sûr de lui, de ses mots, de ses capacités. Il l’était. Le Jabberwocky avait sa réputation au sein de l’Underground, car s’il chassait ses proies pour les Blackguns, il adorait autant remplir les objectifs d’autrui, ses objectifs de nourrir cette faim sans fond. Il était connu pour cette absence d'hésitation, ces griffes terribles et ses méthodes effrayantes.

Quant à la contrepartie de ce compris, sa contrepartie, il la nommerait plus tard. Il préférait allécher, caresser, ronronner et charmer, avant de faire part de ses désirs. Il fallait aussi prendre en compte que la présence des gardes était un frein incontesté, quant à dévoiler ses intentions à l'hybride. Il ne le ferait jamais devant eux. Ou bien il les tuerait après.

De cette même main qui chassait avec passion la fumée, Camille sortit un mouchoir de soie de l’intérieur de sa veste. Il le déposa sur le comptoir, soigneusement, en losange. Le mouchoir était de qualité, d’un violet profond, et servait d’échange pour les cigarettes. Deux R étaient brodés d'un joli or sur le coin droit de l'objet.

« Il vous ira à ravir. » ajouta-t-il, aussi platement que ronronnant.

Camille avait besoin de cette opportunité, il ne la laisserait pas passer, au prix de la crever.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mao-You Ren
XX - Judgment
avatar
Messages : 63
Date d'inscription : 02/06/2017
Emploi : Propriétaire d'un bar & Politicien
MessageSujet: Re: Reach The Darkness Mar 22 Aoû - 4:57

Reach The Darkness Il écouta les sons de choc des talons de l’inconnue contre le plancher.

Était-il impatient?

Mao releva la tête pour croiser une nouvelle fois son regard. Il ne pouvait s’empêcher de regarder son visage étrangement marqué. Il garda tout de même attention à ses prochaines paroles.

Seul, sans protection, avec lui. Il n’y aura personne d’autre que l’homme en noir. Il ne pourra dépendre que de lui s’il abandonnait toute protection face au monde, mais il comprenait son point. Mao était arrivé ici, bien équiper, pour faire la paix avec l’underground. Était-ce juste? Était-il réellement à égalité?

Par simple nervosité, il se caressa les mains, ses doigts de racines, aussi dures comme texture et sombres. Ses yeux s’écarquillèrent à ses paroles qui raisonna dans sa tête :

«Vous serez seul, face à des humains qui n’auront que faire de vos intentions, avec en guise de cœur et règles des abysses sans fond. Je vous propose, ma Rose, que cette alternative ne soit qu’une de mes proses. Sous ma protection, ils ne vous blesseront, ils ne sauront. Vous pourrez continuer votre quête, sans qu’ils ne vous réduisent en miettes. Et cela vaut tout autant pour les autres qui vous voudront mourants. Vous n’aurez qu’à dire mon nom, être sous ma protection, et ô… Croyez-moi ma Rose, ils n’oseront pas même observer votre beauté fauve.»

S’il était tant sur un territoire ou il pouvait se faire traiter comme un ennemi, pourquoi lui veut-il le protéger? N’avait-il rien de mieux qu’à faire que de protéger une inconnue, un hybride noble en plus de ça? Qu’allait faire Mao à présent accepter ou refuser?

Pense bien Mao, ça peut être un piège? Si c’est cela, est-il bien armé pour te défendre et s’enfuir pour retourner dans son chez-soi?

Un mouchoir posé devant lui, un tissu bien présenter et des mots suivirent :

«Il vous ira à ravir.»

L’hybride prit le tissu entre ses doigts d’écorces, il l’observa un bon moment avant de fermer son poing contre elle, faisant couler du sang venant de sa paume.

Partez, votre travail est fini, dit-il en regardant du coin de l’œil ses gardes.

Il a donc pris son choix.

Alors que ses gardes étaient sur le point de riposter, Mao dit d’une voix forte, sentant des épines sortir tout au long de sa colonne vertébrale :

Rentrez chez vous! Vous en avez déjà beaucoup fait pour moi. Je tiens à vous remercier, mais à présent...

Il se tourna vers eux, le regard dur et empli de sérieux :

Tout est entre lui et moi.

Mao se retourna vers son client alors qu’il entendit, dans le silence, les pas qui se dirigent vers la sortie.

Il avait sûrement cette rage en lui face à un homme qui était doté d’une logique. Il voyait aussi cela comme un défi qui lui était imposé. Il allait le relever pour ses croyances, cette foi d’une paix entre tous.

Il se remit à fumer pour se calmer un peu, mais quelques épines se tenaient encore hors de son corps, exposé.

Alors, présente-toi. Qui es-tu? Maintenant que nous sommes seuls, j’imagine que des petites introductions soient nécessaires.

Il venait donc de faire un pacte avec la mort...

_______________________________

Hors-rp Vraiment désoler pour la méchante attente de réponse ;n;

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Reach The Darkness

Revenir en haut Aller en bas

Reach The Darkness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Bryule :: Underground :: Bars et Commerces-