Revenir en haut
Aller en bas


Forum rpg Yaoi (+18)

Partagez|

«La douleur est un aussi puissant modificateur de la réalité que l'ivresse.» Harley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Harley
Blackgun déchu
avatar
Messages : 58
Date d'inscription : 19/02/2017
Emploi : Ancien éclaireur en chef des BG
MessageSujet: «La douleur est un aussi puissant modificateur de la réalité que l'ivresse.» Harley Jeu 23 Fév - 22:39

Harley


[Nom ♥] N'en a pas.
[Prénom ♥] Harley, mais ne répond plus à ce prénom. Il répond quand on le siffle ou qu'on le traite de merde ou autres termes dégradants.
[ÂGE ♥] 24 ans
[Nationalité ♥] Undergroundien

[Statut Social ♥] Inexistant
[Profession ♥] Inexistant
[Tendance sexuelle ♥] À la guise du partenaire, donc je m'en foutisme.

[Groupe ♥] Ancien membre influent des Blackguns devenu esclave.
[Rang ♥] Blackgun déchu
[Race ♥] Humaine

[Particularité et petit plus ♥] Des tas de cicatrices d'origines diverses vieilles et récentes. Un regard vide sans vie, sans plus aucun intérêt.

PHYSIQUE


En ce qui a trait à mon physique, je peux vous dire qu’il est des plus banals. Dans les faits, bien avant maintenant, lorsque j’étais encore un membre respectable des Blackgun, j’avais une belle carrure svelte et légèrement musclée. J’avais des cheveux soyeux, très doux au toucher que je teignais d’un violet foncé pour cacher la vilaine couleur brune et terne de ma chevelure naturelle. Mon visage était fin, androgyne et si nous n’étions pas dans cette période apocalyptique où les femmes sont disparues de nos vies, par moment, on aurait pu me prendre pour l’une d’elles. J’avais la grâce et la beauté pour moi et je dois dire que dans mes vingts ans, j’avais aimé le montrer et me pavaner. J’étais habile, droit et fier, le regard flamboyant de vie, le visage expressif de celui qui veut accomplir des miracles et montrer de quoi il est capable. J’avais l’endurance, la rapidité, la dextérité, mon corps était fait pour combattre les Hybrides, mais plus maintenant…

J’ai 24 ans maintenant…enfin, je crois. Je suis devenu une loque, pire que l’ombre de moi-même. Je ne me reconnais plus. Mon corps est parsemé de cicatrices et de blessure. Ma peau est incrustée de saleté par endroit où mes blessures ont mal guéries. Mes muscles ont fondus, ne me laissant qu’un corps svelte à la peau plus ou moins douce. Ma chevelure violette n’est plus aussi soyeuse, plus aussi bien entretenue voire même pas du tout. Je ne me préoccupe plus de moi, je suis brisé. Mes yeux sont vides de toute étincelle de vie, ternes et mornes. Malgré mon 1m70, j’ai l’impression de n’en faire que quelques centimètres à peine, peinant à rester debout trop longtemps. Mon corps s’est fragilisé, il ne m’appartient plus. Je tremble souvent de froid, je ressens parfois de vieilles douleurs qui ne sont même plus là. Je reste courbé, recroquevillé et me laisse facilement traîner à quatre pattes au sol, me laissant montrer comme un animal de foire.

Si je suis bien entretenu ce n’est que pour la parade et montrer l’exemple dans les dédales de la Ville Haute. Sinon le reste du temps, je reste sale et dégoutant, empestant l’urine et le sang séché. Mon corps est meurtri, souillé, gravé par tous ceux qui y sont passés dessus pour l’humilier, m’humilier, mais je ne me souviens de rien…Je ne me souviens jamais de rien.

Ma voix est devenue faible et tremblante alors qu’avant, elle était forte et puissante, une grande gueule comme pas deux. Je peine à prononcer les mots, ne parlant plus beaucoup de toute façon. C’est pourquoi je me répète souvent et que je cherche mes mots. Les coups répétés à la tête n’ont pas aidé, me laissant avec des séquelles d’élocution assez conséquentes.

Je me vêtis de ce qu’on me donne, mais mes pieds et mes mains restent constamment nus. Je suis donc vêtu du strict minimum et souvent, je ne porte même pas de sous-vêtement sous mon pantalon usé. Je suis devenu l’esclave des uns et l’exemple des autres. De plus, je ne dois plus peser grand-chose, mal nourri, toujours assoiffé. Mon corps ne me supporte plus.


PSYCHIQUE

Savez-vous ce qui est pire que d’être mort? C’est d’être encore en vie, mais mort à l’intérieur. C’est de n’être qu’une coquille vide sans aucun intérêt, aucun but, mais de devoir encore et toujours subvenir à ses besoins primaux comme manger, boire et dormir. Je crois bien que c’est ce qui est le plus difficile dans tout ça. Réussir à maintenir son propre corps en vie alors que l’on est persuadé de n’être rien. Plus rien n’a d’importance, plus rien ne vaut de vivre, mais on le fait quand même pour ceux que ça importent. Parce qu’on n’a même pas le droit de vie ou de mort sur soi-même. Et c’est peut-être mieux comme ça…

Lorsque j’étais plus jeune, lorsque j’entrais à peine dans l’âge adulte et jusqu’à mes vingt ans, j’étais le genre de personne à n’en avoir rien à foutre de l’opinion des autres. J’étais une belle grande gueule, le genre à ne jamais se laisser marcher sur les pieds, à se pavaner devant tous et chacun en criant hauts et forts ses idéaux. J’étais jeune et stupide, mais extrêmement loyal et fidèle. La cause des Blackgun était ma cause. Les membres des Blackgun étaient ma famille. J’étais un jeune lion prêt à tout pour permettre à mon clan de survivre et de gagner contre les hybrides nobles et ceux qui nous barraient le chemin. J’étais très influent mine de rien et tous me connaissaient et me respectaient plus ou moins.  J’avais une personnalité joviale, explosive et Morgan me remettait toujours à ma place. J’étais impoli, très coloré et je n’avais peur de rien. J’étais insouciant de le croire.

Je ne me souviens plus de moi, de qui j’étais de ce que je suis maintenant. Je ne réponds plus au nom d’Harley et je n’ai aucune idée de qui il s’agit. Je sais que j’ai 24 ans maintenant et que je suis de sexe masculin, mais mes souvenirs ne sont plus ce qu’ils étaient. J’ai tout oublié pour me protéger…pour les protéger. Maintenant, je n’ai plus aucune volonté, aucun libre arbitre. Je peine à parler et à rester debout plus d’une demi-heure. Ma psyché a été anéanti, ma conscience bafouée et déchiquetée en pièces. Mon esprit est aussi vide que mon regard que le reflète. Je ne me pose plus de questions, je n’obéis qu’aux ordres sans un mot. Je sais où est ma place et qu’elle est plus basse que terre. Je n’ai plus aucun orgueil, le paon en moi s’étant tue depuis bien longtemps déjà. Je ne suis que poussière, que néant…et la seule chose qui me fait réagir…c’est le sang…mon sang.

Chaque fois que je me blesse, que je me fais torturer, j’en tremble. J’en tremble de folie, d’hystérie et je ris…fort…longtemps…les yeux exorbités, la salive aux lèvres. Ce sang vermeil qui coule de mes veines n’a pas sa place dans ce corps vide. Je le sais puisque je ne suis rien. Chaque fois que je le vois, je deviens fou, cinglé et je ne me contrôle plus. Je ne suis pas violent…enfin…pas contre les autres, mais plutôt contre moi-même. Le sang me rappelle que je vis, alors que je ne ne suis que cendres…et cela, je n’arrive pas à l’accepter. Je n’arrive pas à comprendre pourquoi ce sang est toujours là. Pourquoi est-ce qu’il me suit partout alors que la vie a quitté mon âme depuis ces années de déchéance. Suis-je encore en vie? Suis-je quelqu’un? Le sang me rappelle les questions que je ne veux pas poser. Il me rappelle la douleur et la souffrance, l’humiliation et la rage que j’avais la première année de captivité. Le sang, c’est le mal, l’ombre de moi-même qui me hante et me hantera toujours jusqu’à la fin…jusqu’à ce que je tombe enfin dans le gouffre pour ne plus jamais en ressortir…


HISTOIRE

Je ne me souviens plus du jour de mon anniversaire, ni même de l’odeur de ma mère…Je ne me souviens pas de sa voix, ni même de son regard lorsqu’elle me serra dans ses bras pour la toute première fois. Je ne me souviens plus non plus de mon enfance, juste des bruits…de cette odeur âcre et épaisse de fumée. Je ne me souviens pas non plus comment j’ai atterri dans l’Underground… puis dans la Ville Haute…J’ai oublié…tout oublié…et pourtant…

Je rêve parfois de moi enfant…Je rêve de moi courant à travers des ruines poussiéreuses et chaotiques, riant et criant à tut tête qu’un jour je serai le chef. Le chef de quoi? Je ne sais pas…Je ne me reconnais plus…Je ne sais plus qui je suis…mais…mais…ces rêves me montrent un monde merveilleux. Je rêve parfois de gens que je n’ai jamais vu…je crois. De personnes qui m’ont élevées, aimées et protégées alors que je ne pouvais pas me défendre. J’ai rêvé et je rêve encore de moi, adolescent qui me bat contre tous et chacun, faisant entendre ma voix, mes opinions, apprenant de mes erreurs et de mes expériences. Je me vois rire et pleurer en cachette….je me vois chanter avec des amis sans visage, inconnus de ma mémoire….

Je me vois parfois apprendre à me battre et devenir fort…quelqu’un d’important et d’influent qu’on suit et respecte. Je ne sais pas si je suis devenu un chef, mais je sais que dans ces rêves, les gens sont prêts à tout pour moi et vice-versa. Pourtant…ce ne sont que des rêves…des illusions de mon cerveau blessé et traumatisé par la douleur et les coups…par la violence et le sadisme d’un homme qui y prend du plaisir…

J’ai rêvé que j’étais un jeune homme bon et bavard, tête de mule et orgueilleux, mais qui était tout de même à l’écoute des autres…parce qu’on m’avait élevé ainsi. Cependant…les rêves ne sont que des rêves…une utopie éphémère que l’on ne pourra jamais atteindre. Je le sais…je ne suis rien…rien depuis je ne sais plus…un an? Dix ans?...Comment le saurais-je? Je ne pense plus par moi-même…

Avec les rêves viennent les cauchemars aussi…ceux où le visage d’un seul homme me tétanise de peur. Un homme à la chevelure de feu et au regard cruel…un homme ni humain ni plante…les deux à la fois et son sourire qui me fait tant peur…Je le vois en rêve et même dans la réalité…il m’attache…me blesse…me fait tellement souffrir…Il me salit…de toute part…souille mon corps et mon âme de sa présence…et je dépends de lui…Mon existence ne dépend que de lui…n’étant plus rien…n’ayant jamais été quelqu’un…juste un objet entre ses mains…comment en suis arrivé-là?...Je ne sais plus…

Parfois je fais un rêve angoissant…des gens sans visage qui avec moi vont dans des lieux si beaux et si riches que cela en fait mal aux yeux. Je me vois jeune adulte, peut-être vingt ans qui assure cette mission. Je vois aussi l’homme à la peau verdâtre et sa chevelure rousse et mon corps qui ne veut plus bouger alors que je protège les autres que je leur permets de fuir le danger…un piège je crois bien…Je ne sais pas…Je sais seulement que dans ce rêve je suis un héros…mais ce n’est pas la réalité, n’est-ce pas?

Ma réalité est toute autre…Je ne suis qu’une poussière dans ce monde. Je rampe aux pieds de qui le veut, me faisant traiter comme je le dois…comme ceux de mon rang le doivent. Je ne lève plus les yeux au ciel, les gardant bien bas, vers le sol. J’ai parfois l’impression de ne pas avoir été ainsi après mon réveil, mais je sais que des rêves, restent des rêves, même si la réalité me rend confus, m’incommode mentalement. Je crois avoir vécu trois ou quatre années auprès de ceux qui me font peur….de ceux qui vendent mon corps au plus offrant, ceux qui me souillent et qui me font nettoyer ensuite…mais j’ai toujours vécu comme ça, n’est-ce pas? J’ai toujours été cette âme brisée qui souffre en silence…et qui reste loyale et fidèle à ce qu’on lui a appris. Je sais être patient, généreux et je fais tout ce qu’on me demande, tout. Pourtant…je ne sais pas…j’aimerais tant que ces rêves soient…ma réalité…au moins…je serais peut-être un peu heureux?


♥VOUS♥

[Psoeudo:] Neko
[Âge: ] 26 ans
[Comment vous nous avez trouvé?] La fonda ♥
[Nom et origine de votre avatar:] Giulio Di Bondone - Lucky Dog
[Un petit mot?] Je t'aime Mo ♥

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Hebimort
Entraîneur des Blackgun
avatar
Messages : 450
Date d'inscription : 03/02/2017
Emploi : Entraîneur des Blackgun
MessageSujet: Re: «La douleur est un aussi puissant modificateur de la réalité que l'ivresse.» Harley Ven 24 Fév - 0:06

Bienvenue mon Amour *w* trop contente de voir ta fiche ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harley
Blackgun déchu
avatar
Messages : 58
Date d'inscription : 19/02/2017
Emploi : Ancien éclaireur en chef des BG
MessageSujet: Re: «La douleur est un aussi puissant modificateur de la réalité que l'ivresse.» Harley Lun 6 Mar - 23:37

J'AI FINI MA FICHEUH han3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgan Hebimort
Entraîneur des Blackgun
avatar
Messages : 450
Date d'inscription : 03/02/2017
Emploi : Entraîneur des Blackgun
MessageSujet: Re: «La douleur est un aussi puissant modificateur de la réalité que l'ivresse.» Harley Lun 6 Mar - 23:43

Félicitation tu es validé!


J'ai tout lu ta ficheuh! han3 et je l'adore! Et moi aussi je m'aime =D huhuhu et je te valide mon petit Harley ancienne grande gueule ♥️

Tu peux à présent:

Recenser ton avatar
Faire ta demande de Maître ou d'Esclave
Faire une demande de lieux si besoin (habitations, commerces)
Faire une demande de rp
Créer ton journal de bord et demander des liens.
Et recenser ton DC

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: «La douleur est un aussi puissant modificateur de la réalité que l'ivresse.» Harley

Revenir en haut Aller en bas

«La douleur est un aussi puissant modificateur de la réalité que l'ivresse.» Harley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Bryule :: Gestion du personnage :: Présentation :: Présentations Validées :: Esclaves-